La fête du Mai, tradition venant d’Europe

Manoir Panet


Pour en savoir plus....

Le manoir Panet, 
un important patrimoine à Ste-Mélanie

Introduction
​Pour permettre le développement de la Nouvelle-France, un groupe composé d’hommes d’affaires de Paris a formé une compagnie du nom de Les Cent Associés. Celle-ci décida de former une système seigneurial basé sur l’ancien système féodal utilisé jadis en France mais avec moins de restrictions. Il était basé sur une relation étroite entre le seigneur et les censitaires. Ceux-ci avaient des obligations envers le seigneur soit : les cens (1), les rentes (2), les corvées (3) et les banalités (4). En retour, le seigneur devra veiller au bon fonctionnement de la seigneurie en offrant les services requis, comme les chemins, des moulins à farine, à scie et à carder pour les besoins des censitaires (5) et voir à ce que chacun d’eux réussisse à bien vivre sur sa ferme. Ce ne fut pas toujours le cas, car dans au moins 80% des cas, le seigneur préférait s’établir en ville. Là où il peut opérer un commerce lucratif comme par exemple le commerce des fourrures. Aussi. Plusieurs seigneuries n’ont jamais eu de seigneur.

​Un avantage de ce système était que chaque terre donnée aux censitaires avait des dimensions assez égales soit en moyenne 3 arpents de largeur par 30 arpents de profondeur. Quant à la seigneurie, elle avait à peu près la dimension d’une municipalité (paroisse à l’époque), quoique certaines pouvaient être plus grandes ou plus petites, de sorte que des ajustements étaient nécessaires sur place. ​La première seigneurie a été accordée à Louis Hébert à Québec en 1625.

La seigneurie d’Ailleboust
​En 1736, le roi Louis XIV veut accroître son réseau de seigneuries. Cette même année, Jean d’Ailleboust dont l’ancêtre était médecin de Henri VI et qui avait été ennobli par lui, reçoit en concession du représentant du roi Charles de Boische la seigneurie d’Ailleboust qui a une superficie de 1 lieue (6) et demie de largeur par 4 lieues de profondeur. Le problème des Iroquois étant réglé depuis 1701, elle aurait pu commencer son développement à cette date, mais la difficulté d’avoir des colons pour s’établir en Nouvelle-France et peut-être le peu d’intérêt du seigneur ont fait qu’elle commença son développement que beaucoup plus tard et une fois vendue. Aussi, les très grands espacesdans la colonie et les régions éloignées étaient peu attrayantes. C’était surtout les fils de fermiers des seigneuries voisines qui sont venus s’établir dans ces régions éloignées mais beaucoup plus tard. Aussi, la traite des fourrures avait souvent préséance sur la colonisation. La famille d’Ailleboust va perdre sa seigneurie mais va la récupérer plus tard et à la mort du dernier propriétaire d’Ailleboust, elle fut vendue avec ls seigneurie voisine du nom de Ramezay en 1800 à Pierre-Louis Panet, homme d’affaires de Montréal, qui désirait en faire sa résidence principale. Étant déjà propriétaire de la seigneurie d’Argenteuil, il vendra celle-ci à un officier militaire écossais qui y amena des loyalistes et des écossais pour la peupler.

Construction du manoir









 Pierre-Louis Panet​                             Manoir d’Ailleboust vers 1911

​Pour construire sa seigneurie, Pierre-Louis Panet avait besoin de routes qu’il fera d’abord construire en faisant appel aux loyalistes américains (7). Deux années seront requises pour les construire à partir de St-Paul jusqu’à l’endroit actuel où est construit le manoir d’Ailleboust. Immédiatement les chemins terminés, on commence la construction de la seigneurie probablement par les mêmes employés loyalistes. Le modèle choisi a été d’influence américaine, soit le style Anglo-normand, populaire aux États-Unis, surtout en Virginie. Ce type de construction était très différent des autres manoirs construits dans d’autres seigneuries. Une fois la construction terminée en 1812, les loyalistes retournèrent d’où ils étaient venus. Dès 1802, les premiers colons commencèrent à s’y établir timidement vers 1802, et plus tard, plus progressivement, parce que maintenant, il y a une route d’accès pour venir s’y installer. M. Panet va donc se réserver une grandeterre de 9 arpents (8) de largeur par 40 arpents de longueur, soit 360 arpents carrés, ce qui va nécessiter l’embauche de quelques employés. La rallonge construite à son manoir en 1811 sera destinée à loger les employés de la ferme.

Gestion de la seigneurie
                                                 ​Au début de décembre 1812, Pierre-Louis Panet meurt d’apoplexie à Montréal.
                                                 Il donne donc ses seigneuries en héritage en nue-propriété à ses enfants et en
                                                 usufruit à sa femme Marie-Anne Cerré, avec l’aide de ses deux filles établies à
                                                 Berthier (seigneurie Berthier-en-Haut) et peut-être aussi de son fils Pierre- Louis
                                                 à Montréal, celle-ci va gérer la seigneurie. Comme le nombre de colons déjà
                                                 établis dans ls seigneurie a augmenté suffisamment, les besoins de banalités
​                                                 s’imposait.
Marie-Anne Cerré  

​En 1816, elle décide donc de faire construire deux moulins à deux

étages, soit un à farine et l’autre à scie sur ses terres. Elle en confie la

construction à John  Boynton, charpentier de moulin. Comme il n’y a

pas de cours d’eau avec chutes, les moulins ont été à vent. 

Probablement à cause de la faible efficacité de ses deux moulins et

une demande grandissante de ses censitaires, elle en fait donc

construire deux autres trois ans plus tard sur la rivière l’Assomption

soit à la pointe où est situé le camping Nadeau actuellement. Comme

c’est en pleine forêt, et que c’est loin, elle y fait aussi construire une

maison de 2 étages avec 4 pièces et une bonne cheminée pour loger

le meunier et elle en confie la construction à Morril Baxter, charpentier

de moulin de St-Jacques. Cet endroit avait le surnom de Pointe 

Ennuyante.


En 1828, Mme Marie-Anne Cerré décède et c’est son fils Pierre-Louis

Panet de Montréal qui vient remplacer sa mère.​          

                                                                                                                   Plan de 2 moulins construits par

                                                                                                                   le menuisier John Boyton              


Arrivée de Louise-Amélie Panet
​                                                                  À la mort de son frère, Pierre-Louis, en 1832. Louise Amélie Panet le 
                                                                  remplace pour la gestion du manoir pendant que son mari, William
                                                                  Bent Berczy, reste au Haut-Canada pendant les sessions
                                                                  parlementaires jusqu’en 1834, mais ses parents vont s’installer au
                                                                  Manoir avec Louise-Amélie Panet. Elle s’installe donc au manoir et
                                                                  comme c’était une femme non conformiste et très érudite, elle va
​                                                                  aménager le manoir à son goût. Rapidement, elle apprend donc les
                                                                  rudiments du métier de seigneuresse d’un manoir avec une très
                                                                  grande ferme (9 arpents de front par 40 arpents de profondeur)  et 
                                                                  avec quelques serviteurs. Son mandat de député terminé en 1834,      
                                                                  son mari va la rejoindre définitivement.

​Louise-Amélie Panet​ 

​On ne sait pas si c’est elle ou sa mère qui avait pris la décision, mais une maison fut construite pour loger les serviteurs en dehors du manoir, car ceux-ci devaient certainement déranger la tranquillité des résidents du manoir, En plus de Louise-Amélie Panet et son mari William Bent Berczy, d’autres personnes qui y ont vécu comme sa belle-mère Mme Berczy après la mort de son mari et aussi son neveu Charles-FrançoisLévesque après la mort de sa femme qu’il adorait tant 

​À la fin de son mandat de député du Haut-Canada, William Berczy n’aura plus à s‘absenter. Louise-Amélie Panet aura donc plus de temps libre pour elle et ses activités culturelles et aussi terminer la rénovation du manoir, car son mari va s’impliquer dans la gestion de la ferme. 

​ Louise-Amélie Panet a su maintenir le manoir vivant pendant son règne. Comme elle était une poétesse hors pair et avait des liens avec sa famille et ses amis malgré les grandes distances, elle organisait ses salons littéraires au manoir, ce qui attirait des visiteurs férus de la culture venus de partout. Ayant très peu ou pas d’activités culturelles pour les notables, ces salons étaient une source de la culture littéraire québécoise.

Construction d’un moulin dans la montagne
Vers 1842, William Bent Berczy veut construire un moulin à fonction multiple en utilisant la chute d’eau située au bout de sa terre dans la montagne, connue sous le nom de Chute è Chaput. Il devra donc auparavant faire construire deux routes, soit la route connue aujourd’hui sous le nom de Chemin Riberdy qui part du grand rang et qui se terminait au pied de la montagne et une autre route qui va traverser la montagne pour se terminer près du lac Rocher. Plus tard, cette route sera continuée pour se rendre au fief Jouette (aujourd’hui Ste-Béatrix). Cette route passe à coté de la chute qui a une hauteur d’environ 100 pieds avec 4 cascades. Tout près de ls chute, on peut également voir une tourbière. Ce qui en fait un cas assez original, c’est qu’elle est au sommet d’une montagne au lieu du niveau de la mer comme on les trouve normalement. De ce moulindans la montagne, il n’en reste que des vestiges encore visibles aujourd’hui

La plantation du Mai
​Il se pratiquait en Nouvelle-France,une coutume

très ancienne importée d’Europe, appelée la plantation 

du Mai. Au mois de mai, les habitants de la seigneuriese

présentaient devant le manoir et pour honorer le seigneur.

À cette occasion, onplantait un arbre dont on avait coupé

les branches du bas pour ne conserver que la tête. Le

seigneur leur offrait un toast et aussi de quoi festoyer un

peu. À cause des coûtsde la fête, le seigneur s’assurait que

le nombre de citoyens était restreint. Cette fête qui avait

débuté en 1837 en pleine rébellion du Bas-Canada et avait 

causé un certain malaise au départ. Le mari de

Louise=Amélie Panet voyant arriver les gens avec un arbre, n’était pas au courant de cette tradition. Voyant les gens déçus de son refus, il accepta finalement et les censitaires purent fêter.. Et la fête eut lieu comme à chaque année par la suite

Construction de l’église
​​À cause de l’augmentation de la population

à la seigneurie et aussi dû au fait qu’l fallait

aller à St-Élisabeth pour les offices religieux

et même les enterrements, les besoins 

d’une église s’imposaient. Lorsque

Mme Marie-Anne Cerré meurt en 1828,

faute d’église et de cimetière à la seigneurie, 

c’est à Ste-Élisabeth qu’elle a été enterrée. 

En 1830, la famille Panet décide de donner 

deux terres sur le coteau, situé à un

kilomètre du manoir pour un  total de

4 ½ arpents de largeur sur une profondeur

de 30 arpents. Mais la condition était que

l’église fasse face au manoir qui était situé à 

un kilomètre plus loin dans le grand rang. Une

petite église en bois fut donc construite et sera terminée le 21 septembre 1831. Sur la photo ci-haut, on peut voir la chapelle construite vers 1837 lors de la fête des moissons. Celle-ci était devenue trop petite à cause de l’augmentation de la population. Le recensement de 1842 dénombrait déjà 945 personnes dont 161 chefs de famille. Une nouvelle église sera construite en pierres en 1870. C’est toujours l’église actuelle.

Disparition du système seigneurial
​En 1854, le gouvernement du Canada Uni vota une résolution pour abolir les seigneuries qui avaient joué un rôle important dans le développement de la Nouvelle-Franc ainsi que sous le régime anglais.  Les anglais y étaient aussi très intéressés à cause des revenus qu’on pouvait en tirer. Dans la résolution, il avait été convenu que le droit des cens était un droit héréditaire. Il fut donc changé en une rente annuelle. Cette rente ne fut totalement abolie qu’en 1942 sous le gouvernement Adélard Godbout. La dernière seigneurie à disparaître fut celle de St-Hyacinthe.

Vente de la seigneurie
​En 1862, Louise-Amélie Panet décède suite à une longue maladie et son mari lui succède jusqu’à sa mort en 1873. Son neveu, Pierre-Thomas Lévesque, qui était seigneur du fief Jouette (St-Béatrix) prit la relève et sera le dernier seigneur à gérer la seigneurie jusqu’en sa mort en 1906. La seigneurie fut donc vendue par adjudication à Herbert Massicotte. Celui-ci a maintenu la seigneurie intacte sans aucun changement à l’apparence et à la structure. Son fils qui lui succéda fit également de même.

​Le troisième propriétaire fut le petit-fils

André. Comme, il y avait la maison 

des serviteurs qui existait encore, il y 

construisit une porcherie derrière et la

maison des serviteurs devint un entrepôt

pour la nourriture des porcs. Plus tard, 

probablement après la mort de sa

première femme, la porcherie et la maison

furent démolies pour faire place à un

garage qui  existe encore. Quant au manoir,

il a eu des transformations mais seulement

dans la cuisine et un revêtement en pierres

de ciment blanches fut ajouté pour améliorer l’isolation de la maison. Ces dernières transformations sont quand même assez récentes.

 Épilogue
​Cette maison a une histoire plus qu’ordinaire en tant que manoir seigneurial. Ce fut celle de la culture tant en poésie qu’en peinture car Louise-Amélie et son mari William Bent Bercy, ainsi que son beau-père William Berczy étaient des peintres accomplis. Leurs tableaux se retrouvent un peu partout au Canada et également aux États-Unis. Ses salons littéraires ont connu une époque glorieuse.

​Aujourd’hui, le manoir est tombé dans l’oubli.  La population locale qui était en majorité des colons qui trimaient dur pour gagner leur pain n’était pas intéressée par la culture des habitants du manoir. Leur curiosité s’allumait seulement lorsqu’ y arrivaient des visiteurs importants. Il est important maintenant de faire revivre ce passé et lui redonner le lustre d’antan.


Gaétan Dubreuil
Culture en Action

 
Notes
1- Cens                 ​Redevance annuelle payé au seigneur selon les clauses du contrat de ​seigneurie

2- Rente​               Cens transformé en rente après la disparition des seigneuries

3- Corvée​             Tâches obligatoires que doit accomplir à la demande du seigneur

4- Banalité           ​Service offert par le seigneur pour usage par les censitaires moyennant ​des frais d’usage.  
                              Les censitaires devaient obligatoirement lesutiliser au ​besoin moyennant des frais d’usage

5- Censitaire        ​Colon ayant obtenu une terre dans une seigneurie.et qui dépend du ​seigneur

6- Lieue ​               Ancienne mesure de longueur utilisée en Nouvelle-France. Elle est ​l’équivalent d’une heure
                              de marche pour un homme ou un cheval au pas ​normal. Elle équivalente à peu près

                              3 milles ou 5 556 mètres

7- Loyalistes​       Anglais immigrés tardivement en Nouvelle-Angleterre et qui étaient ​insatisfaits de leur
                             condition de vie, se plaignirent à l’Angleterre qui leur ​proposa de venir s’installer au Bas et
                             au Haut Canada dans des territoires ​réservés pour eux.

8- Arpent            ​Ancienne mesure de longueur utilisée jusqu’à l’arrivée du système ​métrique au Canada. Il
                            était égal 180 pieds français ou 191,84 pieds ​anglais, soit 54,47 mètres.

 
Bibliographie

Louise Amélie Panet par Marcel Ducharme, édition Point du jour
Louise-Amélie Panet, Quelques traits particuliers, Aux saisons du Bas-Canada, 
par Roger Lemoyne, éditions David
Livre du 150e anniversaire de Ste-Mélanie

Plusieurs sites internet tel que :■ Louise-Amélie Panet
■  William Bent Berczy
■  William Von Moll Berczy, père de William Bent Berczy
■  Marie-Anne Cerré, mère de Louise-Amélie Panet
■  Jeanne-Charlotte Allamand, mère de William Bent Berczy
■  Pierre-Louis Panet. Père de Louise-Amélie Panet
■  Tous les autres membres de la famille de Louise-Amélie Panet
■  Histoire du français au Québec.
■  Le système féodal
■  Le système seigneurial
■  Le système seigneurial au Québec, Benoît Grenier, Univ. Sherbrooke
■  La bourgeoisie et le système seigneurial, l’Actualité économique, 7 juin 2018
■  Colonisation française des Amériques
■  Histoire coloniale de l’Amérique du Nord
■  Découverte et peuplement de l’Amérique
■  La seigneurie d’Argenteuil
■  Et plusieurs autres.



 

La fête des moissons à Ste- Mélanie vers 1840

Suivez-nous sur Facebook

 ​Le Manoir Panet aujourd’hui